LE MOT DU PRÉSIDENT

Alors que nous inaugurons ce nouveau site internet, notre association Halte au Pillage du Patrimoine Archéologique et Historique a sept ans, l’âge de raison !

A cette occasion, nous affirmons être plus que jamais mobilisés pour la sauvegarde et la valorisation de notre patrimoine. Nous revendiquons aussi le titre de citoyens engagés, en une période où militer n’est pas à la mode. Alors que le climat général est au relativisme, au « ne pas faire de vagues », voire à la passivité, nous osons nous poser en acteurs.

En sept années, notre association HAPPAH est devenue un élément incontournable du paysage archéologique national, européen et international. Du fait de notre agrément Patrimoine, et aussi par nos participations aux grands débats, tel le Livre Blanc sur l’archéologie préventive, nous avons une expertise reconnue et attendue.

Nos sujets ? Les pillages du patrimoine, les trafics de biens culturels mais aussi la médiation et la promotion de la culture scientifique. Nous nous prononçons pour la protection des patrimoines en danger à travers le monde. Nous montrons aussi que la France est un pays pillé comme les autres. C’est la démonstration qui fut faite en février 2013, lors de la table ronde organisée par Jean-Jacques Grizeaud à Toulouse, et dont les actes ne devraient plus tarder à être publiés. C’est encore ce que j’ai exposé lors d’une conférence à Pontoise début 2014, conférence retentissante puisque grâce à l’Agence France Presse, son résumé a fait le tour de la planète !

Face à nous, les lobbies de la vente de détecteurs de métaux et de la numismatique se dressent toujours, accolés par la constellation d’associations de chasseurs de trésors, qu’elles soient locales ou affichant des prétentions plus vastes. Entre intérêts économiques et pseudosciences, on trouve aussi à leurs côtés des archéologues confondant reniement avec modération. L’un de nos rôles est de renvoyer ces discours à leurs contradictions, de révéler les intérêts véritables. Assailli par la soif d’or et de fortune, le patrimoine archéologique est menacé à chaque instant.

Sept ans de vie associative, c’est surtout sept ans de travail d’équipe. Avant l’association HAPPAH, des archéologues oeuvraient pour la protection du patrimoine. Les lois actuelles en témoignent, de même que nos formations. Nous avons appris d’eux. Dans l’avenir, d’autres prendront le relais. Notre association est un maillon dans la longue et interminable histoire des combats de la Culture contre l’obscurantisme. Notre but principal est d’apporter la réponse de notre génération, bénéficiant des héritages transmis, tout en travaillant pour offrir, à notre tour, un patrimoine d’idées.

Jean-David DESFORGES


A lire aussi :

> Contribution de l’association Halte au Pillage au Livre blanc de l’archéologie préventive


FRANCE En avril 2012, suivant l’édition du journal Ouest-France du 6 juillet 2017, une personne pénètre sur une parcelle agricole à Plouagat (Côtes-d’Armor). Son attention est attirée par la présence de tuiles gallo-romaines dans les labours. Elle parcourt le champ, un détecteur de métaux dans une main, une pelle dans l’autre. Inévitablement, elle découvre, en suivant le signal-sonde du détecteur puis en fouillant, des objets métalliques de la même période que les tuiles : des centaines de monnaies du IIIe siècle ! De sérieux doutes sur la légalité de la découverte se font jour à la lecture du récit de l’événement par l’inventeur !

Un Breton déterre un trésor romain d’exception grâce à son détecteur de métaux